Sylvie Peysson

La forme de l'eau

De la terre jusqu’au ciel

 

Par transparence l’eau dévoile quelque chose d’autre . Quelque chose qui ne serait pas visible sans le truchement de l’art. Par transparence un fond apparaît, saisi au plus près, si près qu’il se révèle paysage avec dunes, vallées et plaines, toute une géographie terrestre avec ses plis, ses rides presque, ses reliefs et ses dépressions ; chaque fois, une ligne fragile témoigne de sa propre limite, et nous invite à son franchissement. Nous invite seulement, ne nous force pas, nous laisse libre de voir. Sinon, c’est le brouillard à moins que ce ne soit l’orage annoncé, les nuages amoncelés et quand la terre embrasse le ciel, l’eau qui tombe en pluie.  

 

Le propos est transparent : ne rien nous cacher. On pourrait dire de Sylvie Peysson qu’elle est aussi bien une artiste pure qu’une pure artiste. Parce qu’elle nous montre la beauté, parce qu’elle établit entre le monde et nous - ses possibles maîtres, une liaison poétique : le personnage sur la photo devient vecteur de la présence d’un divin rien qu’humain, parce que c’est de l’art.  

 

« L'homme n'a pas été créé pour le bonheur , aussi il importe de faire un trou dans l’obscur et de briser en morceaux le miroir en nous. »  ( A. Tarkovski).