Sylvie Peysson

Sylvie Peysson se promène, flâne, observe, contemple et saisit l'éphémère mouvement de l'eau. L'eau vive, celle qui bouillonne et gronde, l'eau qui dort, se repose au rond d'une pierre, l'eau qui laisse à croire qu'elle dort, trahie par l'infime ligne blanche d'après tourbillon, la goutte d'eau qui nous tient en suspens dans un fragment de temps pourtant infini. 

 

Le regard de cette artiste me tient tout à la fois dans le temps et à sa lisière. 

Voyage patient qui déroule les fugaces instants de la rivière, de la pluie, à peine capturés déjà évanouis. 

Promeneuse temporelle du fil de l'eau Sylvie Peysson glane la mémoire, les mémoires de l'eau.

 

Si j'osais m'égarer dans ce temps-là, je dirais bien qu'elle fait de la poésie quantique.

Elle photographie et donne formes et pensées à la trace de la trace...