Laurent Bagnard

1963

Bob Marley fonde les Wailers, les Stones tournent avec les Ronettes, les Beatles sortent ‘Please Please Me’, les Kingsmen ‘Louie Louie’ et Johnny Cash ‘Ring of Fire’.

Kodak sort son premier Instamatic; la première interface graphique pour ordinateur est inventée, de même que l’imprimante à jet d’encre (Teletype Inkronic).

Sur les écrans arrivent ‘Les Oiseaux’ d’Hitchcok,  ‘James Bond contre Dr No’, et ‘Mourir à Madrid’, un documentaire (censuré en France) de Fredéric Rossif sur la Guerre Civile Espagnole. Au rayon librairie : la première apparition d’Iron Man, des X-men et du lieutenant Blueberry, ainsi que la publication de ‘Visions de Gerard’ (Kerouac), ‘Au Carrefour des Etoiles’ (Clifford D. Simak), ‘Le Gala des Emplumés’ (San Antonio)

En France, la première centrale nucléaire est mise en service et ce pays signe un traité d’amitié et de coordination avec l’Allemagne, 18 ans après la fin de la deuxième guerre mondiale, pour peu qu’elle soit vraiment terminée.

Le ‘Telephone Rouge’, une ligne directe Kremin – Washington plutôt utile en temps de Guerre Froide, est installée.

A la même époque, John F. Kennedy déclare à Berlin-Ouest (enclave capitaliste en territoire Allemand sous contrôle communiste) ‘Je suis un Berlinois’  (26 Juin) et se fait dessouder à Dallas, TX, le 22 Novembre. Entretemps, il avait soutenu Martin Luther King dans son combat (non violent) contre la discrimination raciale aux USA, entamé à la fois un processus de désarmement entre les US et l’URSS ainsi qu’un retrait des ‘conseillers militaires américains’ au Viet Nam.

Elle est Russe et spationaute : Valentina Terechkova devient la première femme dans l’espace, après avoir passé 3 jours en orbite autour de la planète bleue dans son Vostok 6 . Brigitte Bardot se contente d’être splendide dans le ‘Mépris’, adapté de Moravia.

Porsche présente au monde sa 911, le californien Dean Moon démontre à l’Europe (via l’Angleterre aux Brighton Speed Trials) la puissance du V8 compressé et éveille dans cette partie du monde le mâle intérêt pour la course en ligne droite : le dragster.

Johnny Depp, Brad Pitt, Alejandro Gonzalez Inarritu, Jet Li, Quentin Tarantino, Roch Voisine et Laurent Bagnard voient le jour. Ce dernier à Paris, en Avril.

  

2000- 2014

La sous-culture automobile américaine se conjugue alors en 4 temps tout comme le punk rock (dernière incarnation de la contre-culture) qui, à l’instar de la deuxième guerre mondiale, n’en finit pas de finir, contrairement à ce qu’annonçait la presse française de son adolescence. La jonction des deux mondes se fait dans la redécouverte des vertus du hot rod et du kustom et il documente cette renaissance, comme se popularise l’internet.

Laurent écrit pour CrossRoads en rock et Nitro Magazine en V8.  Il trouve asile en Suisse, à Genève, où il rencontre les Cheaters, un car club tendance néo fifties et sort Cheatersville, un livre de photographie documentant un an passé autour de ces activistes de la disqueuse et de la Guild vintage. Peinture mate, gomina, rock’n’roll… ce concentré à la fois intemporel et totalement décalé, en noir et blanc et couleurs vives, interpelle la presse dite spécialisée qui, cette fois, lui commande des articles. Il finit par faire affaire avec les plus rebelles d’entre tous, ‘Motocyclettes Sauvages’, pour le meilleur et pour le pire.

Dans la foulée, il photographie, écrit et met en page Electroline Diaries, un document assez intimiste sur les Burbank Choppers, à l’origine de cette déferlante old school qui s’abat sur le monde encore libre. L’ouvrage, préfacé par Mike Ness, se déroule pour l’essentiel en Californie mais aborde le Japon et son Mooneyes Show, et gagne le prix de la meilleure photo/mise en page aux USA, ainsi qu’une reconnaissance internationale. En France, Laurent monte le magazine ‘PowerGlide‘ – Force Tranquille, en somme – d’après le nom des premières transmissions automatiques Chevrolet: Héros, Kustom et Rock’n’Roll sont à l’ordre du jour dans les pages de ce magazine. Laurent, rédacteur en chef et pourvoyeur de l’essentiel du contenu diffuse trimestriellement des parcelles de son petit monde dans 7500 foyers en moyenne. Ses photos et articles sont publiés dans pas mal de journaux autour de la planète, et il s’attaque à un nouveau recueil d’images, celui-ci focalisé sur les 2-roues, Rebel Motorcycles Ltd‘.

PowerGlide ayant été transformé en e-magazine sans son accord, Laurent se sépare des ‘Motocyclettes Sauvages’ qui en assuraient l’édition, et publie son quatrième livre Go With Moon, un ouvrage retraçant l’aventure humaine et industrielle de Dean Moon et de son successeur, le Japonais Shige Suganuma. Sa société, désormais rebaptisée Mooneyes, prend un soin méticuleux à préserver l’héritage de la société Moon originelle, mais officie désormais depuis Yokohama, où Shige organise chaque année un des salons les plus remarquables de la planète...

 

Biographie complète, projets et site web ici : www.indiosdebarcelona.com